French journalist wrote a heartfelt blog article for me!フランスのジャーナリストの方が感涙ものの記事をブログに掲載


This article almost made me with tears...Thank you very much, Ms. Cécile Monnier

English and Japanese translated article followed by her original French article in the following blog


July 6, 2014

Mari Takenouchi calls for the evacuation of children from Fukushima


Mari Takenouchi just put online an international petition calling for the evacuation of pregnant women and children of Fukushima. In this text, the freelance journalist recalls the lies of the government and the pressures she herself is undergoing since she warns against the dangers of living in the contaminated area, asking for our support.


Mari Takenouchi calls for the evacuation of children from Fukushima


Mari Takenouchi is a Japanese freelance journalist. Since the beginning of the Fukushima nuclear disaster, it covers events and tirelessly seeks to alert the population status. She published extensively on the Internet, especially on blogs that she created: Save Kids Japan, Mari Takenouchi's open questions, Shady People in Pro / Anti Nuke Societies, Ugly Japanese and Mari Takenouchi's Essay. She also posts many videos on her Youtube channel and disseminates information through its Twitter and Facebook accounts. A large part of her job is to translate books on radioactivity in Japanese, but also testimonies of Japanese and her own articles in English, to enable better dissemination of information abroad and try to alert the public international. She fights tirelessly to break the silence and protect the children of Japan.

竹野内真理氏は日本のフリーランスジャーナリストである。福島原発事故の直後から、この問題をカバーし、絶えず住民に警告を発してきた人物だ。インターネットを広く活用し、特にSave Kids Japan, 竹野内真理の公開質問、(原発推進と反原発の)おかしな人々、竹野内真理エッセイなどのブログを書いてきた。


Protect children through information


Mother and journalist Mari Takenouchi dedicated volunteers to disseminate information on the risks associated with the nuclear disaster at Fukushima. She openly said anti-nuclear. Her commitment is a real struggle when the Japanese government decided to increase the limit of exposure to radioactivity from 1 to 20 mSv per year. This decision, which has the direct consequence of denying the health effects due to the nuclear accident and refuse any evacuation of the population of some highly contaminated areas, exposes made ​​countless adults but countless children and fetuses doses 20 times higher than what is allowed in the rest of the world. At present, Japanese children are forced to live under equivalent conditions of employees in the nuclear industry requirements ...



For a time, it even casts doubt on the possibility of raising the legal limit of 100 mSv per year .In April 2011. Dr. Shunichi Yamashita, President of the Japan Thyroid Association, has only just being appointed vice president of the Medical University of Fukushima and advisor for the management of health risks associated with radioactivity in Fukushima Prefecture. He did not hesitate to openly mock the parents who are worried about the health of their children, say with the utmost seriousness that people who smile are not affected by radioactivity and a dose of 100 microSievert per hour is not dangerous (which corresponds to 876 millisievert per year) 

一時期、この値は年間100mSvにまで引き上げる可能性もあった。 2011年4月、日本甲状腺学会会長の山下俊一医師は、福島県立医科大の副学長および、福島県健康調査のアドバイザーに任命された。山下医師は公けの場で子供の健康を心配する親たちのことをあざけり、ま顔で「笑っている人は放射線の影響を受けない」と言い、100μSvまでであれば(年間876mSvに相当する)、危険でないと言い放った。山下医師の驚くべき主張のほんの一部である。

Mari Takenouchi quickly understands that the government is putting in place a strategy of disinformation, that only amplifies the consequences of the disaster. Now, to allow residents to protect themselves, he will have to fight for information. This view is shared by many other activists, and more generally by other citizens who will spontaneously organize to share information, organize events, set up independent laboratories, analytical centers food


Protect whistleblowers


Mari Takenouchi at a conference organized by the Helen Caldicott Foundation.


Like many independent journalists, Mari Takenouchi quickly suffered multiple pressures. Reporters Without Borders also condemns regularly thereby demonstrating that these numbers are the same intimidation because of the government. A documentary called "Censored Fukushima" is also being prepared.


The intimidation culminated in January 2014 when Mari Takenouchi is prosecuted for a tweet calling the Ethos project "to experiment on human beings." This project, funded by large groups of the French nuclear industry (EDF, CEA and Areva) and already in place in Chernobyl, aims to teach people to live in contaminated areas, despite any consideration of safety.


The complaint was ultimately unsuccessful, but it did come to light pressure against those who dare to worry about the health of populations exposed. Before Mari Takenouchi, a freelance journalist, Minoru Tanaka, had suffered a particularly violent judicial harassment for his investigative work on the management of the accident at the Fukushima Daiichi nuclear power plant.


We understand why the petition launched by Mari Takenouchi combines the need to protect the most vulnerable (asking the evacuation of pregnant women and children) and the defense of what we would call the "whistleblowers". I invite you to sign, even though we all know that these petitions on the Internet does not change the final. But there is a woman behind the text, mother and journalist, who has been fighting for more than three years and who need our support. Do not let him think for one second that we accept this situation or that we are indifferent to this injustice ...




Cécile Monnier




Please sign this petition (English/Japanese/French)!

日本語署名 Japanese


English petition:


French petition

My name is Mari Takenouchi, a radiation issue translator, freelance journalist and a single mother of 4 year old boy. 

After Fukushima accident, I have been calling for evacuation of Fukushima kids and pregnant women from contaminated area in my books, twitter and blog, and also pleaded the same to the United Nations. (But it has not worked so far...)

Currently, as many as 51 Fukushima children went through thyroid cancer surgeries and quite shockingly, most of them had metastasis on their lymph nodes or lungs. 

However, the government of Japan has totally been denying any health hazards in Fukushima, and they state instead, "Some say nose-bleeding was observed in Fukushima due to radiation. We need to control such kind of groundless rumor which damages Fukushima reconstruction." 

In January 2014, I was criminally accused for my tweets by Ms.Ryoko Ando (the real name is Yoko Kamata) the director of group called Fukushima ETHOS which encourages residents to keep living positively with dosimeter.

While no Tokyo Electric executives has ever been investigated, 3 people from Fukushima police and 2 people from Fukushima prosecutor's office came all the way to Okinawa for my investigation and I got a deferred indictment, which means I could be a criminal!

Coinciding with this criminal accusation, there have been several other internet obstructors who treaten me for additionally suing Takenouchi though they are the ones who are harassing me and not I. (At least one of them is a friend of Ms. Ryoko Ando)

Within these 2 years, I have been harassed and threatened by countless number of internet obstructors and needed to block as many as 3000 accounts. 

(Most of them called me, "Demarin=Demagogue Mari" including ETHOS scholar Prof. Nobuhiko Ban who is actually leukemia development expert. Now increasing trend of acute leukemia is observed even outside of Fukushima.)

Some even said on twitter, "I will kill you," "Watch out for fire" "Go to Okinawa to suck Takenouchi's breast," "Takenouchi is a fraud since she is collecting donation for her activities."

Quite sadly, some are actually in anti-nuke citizen groups but they do not like my advocating actual health hazards among kids and they also spread groundless slanders against me.

Dear citizens of the world, I am calling for the following 2 things;

1. Please share this signature to pressure the Japanese government to evacuate Japanese kids and pregnant women from contaminated areas


2. Please share this signature and call for bringing justice on harassers on citizens who worry about children's health risks in Japan. 

Items to be filled

名First name
国名: アメリカ合衆国=USAイギリス=UKオーストラリア=Australia ニュージーランド=NZ
郵便番号Postal code
賛同 = Sign!










1. 日本政府に汚染地帯から子供と妊婦を避難させるよう圧力をかけるべく、この署名を拡散ください。

2. この署名を拡散し、日本の子供の健康被害を心配する市民に対する誹謗中傷者に対して正当な裁きが下されることを要求して下さい。

6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 18:00
Mari Takenouchi vient de mettre en ligne une pétition internationale demandant l’évacuation des femmes enceintes et des enfants de Fukushima. Dans ce texte, la journaliste freelance rappelle les mensonges du gouvernement et les pressions qu’elle a elle-même subies depuis qu’elle dénonce les dangers de la vie en secteur contaminé. Elle réclame notre soutien.
Mari Takenouchi appelle à l’évacuation des enfants de Fukushima
Mari Takenouchi est une journaliste freelance japonaise. Depuis le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima, elle couvre inlassablement les événements et cherche à alerter sur la situation des populations. Elle publie énormément sur Internet, notamment sur les blogs qu’elle a créés : Save Kids Japan, Mari Takenouchi's open questions, Shady People in Pro/Anti Nuke Societies, Ugly Japanese ou encore Mari Takenouchi’s Essay. Elle met aussi en ligne de nombreuses vidéos sur sa chaîne Youtube et diffuse des informations via ses comptes Twitter et Facebook. Une grande partie de son travail consiste à traduire des livres sur la radioactivité en japonais, mais aussi des témoignages de Japonais ainsi que ses propres articles en anglais, pour permettre une meilleure diffusion des informations à l’étranger et tenter d'alerter l’opinion internationale. Elle lutte inlassablement pour rompre le silence et protéger les enfants du Japon.

Protéger les enfants par l’information

Mère de famille et journaliste, Mari Takenouchi se consacre bénévolement à diffuser l’information concernant les risques liés à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Elle se dit ouvertement anti-nucléaire. Son engagement devient un véritable combat lorsque le gouvernement japonais décide de relever la limite d’exposition à la radioactivité de 1 à 20 milliSievert par an. Cette décision, qui a pour conséquence directe de nier les conséquences sanitaires dues à l’accident nucléaire et de refuser toute évacuation de la population de certaines zones fortement contaminées, expose de fait d’innombrables adultes, mais surtout d’innombrables enfants et fœtus à des doses 20 fois supérieures à ce qui est autorisé dans le reste du monde. A ce moment précis, les enfants japonais sont condamnés à vivre dans des conditions équivalentes aux conditions de travail des employés du secteur nucléaire...
Pendant un temps, on laisse même planer le doute sur l’éventualité de relever la limite légale à 100 milliSievert par an… Nous sommes en avril 2011. Le Dr Shunichi Yamashita, président de l’association Japonaise de la Thyroïde, vient tout juste d’être nommé président de l’Université de Médecine de Fukushima et conseiller pour la gestion du risque sanitaire lié à la radioactivité dans la préfecture de Fukushima. Il n’hésite pas à se moquer ouvertement des parents qui s’inquiètent pour la santé de leurs enfants, à affirmer avec le plus grand sérieux que les gens qui sourient ne sont pas atteints par la radioactivité et qu’une dose de 100 microSievert par heure n’est pas dangereuse (ce qui correspond à 876 milliSievert par an)…
Quelques-unes des plus incroyables affirmations du Dr Shunichi Yamashita...
Mari Takenouchi comprend très vite que le gouvernement est en train de mettre en place une véritable stratégie de désinformation, qui ne fait qu’amplifier les conséquences de la catastrophe. Désormais, pour permettre aux résidents de se protéger, il va falloir se battre pour l’information. Ce constat est partagé par de nombreux autres activistes, et plus généralement par d’autres citoyens, qui vont spontanément s’organiser pour faire circuler l’information, organiser des manifestations, mettre en place des laboratoires indépendants, des centres d’analyse de la nourriture…

Et protéger les lanceurs d’alerte

Mari Takenouchi lors d'une conférence organisée par la Helen Caldicott Foundation.
Comme de nombreux journalistes indépendants, Mari Takenouchi a rapidement subi de multiples pressions. Reporters Sans Frontières dénonce d’ailleurs régulièrement ce fait, démontrant que nombres de ces intimidations sont le fait même du gouvernement. Un documentaire baptisé « Fukushima Censored » est d’ailleurs en cours de préparation. La tentative d’intimidation atteint son paroxysme en janvier 2014, quand Mari Takenouchi est poursuivie en justice pour un tweet qualifiant le projet Ethos « d’expérience sur des êtres humains ». Ce projet, financé par de grands groupes de l’industrie nucléaire française (EDF, CEA et Areva) et déjà mis en place à Tchernobyl, vise à apprendre aux populations à vivre en zone contaminée, en dépit de toute considération de sécurité sanitaire. La plainte n’a finalement pas abouti, mais elle a fait éclater au grand jour les pressions exercées à l’encontre de tous ceux qui osent s’inquiéter de la santé des populations exposées. Avant Mari Takenouchi, un autre journaliste indépendant, Minoru Tanaka, avait subi un acharnement judiciaire particulièrement violent pour son travail d’enquête sur la gestion de l’accident à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.
On comprend mieux pourquoi la pétition lancée par Mari Takenouchi associe la nécessité de protéger les plus fragiles (en demandant l’évacuation des femmes enceintes et des enfants) et la défense de ce que nous appellerions les « lanceurs d’alerte ». Je vous invite à la signer, même si nous savons tous que ces pétitions sur Internet ne changent rien au final. Mais il y a derrière ce texte une femme, mère et journaliste, qui se bat depuis plus de trois ans, et qui a besoin de notre soutien. Ne lui laissons pas croire une seule seconde que nous acceptons cette situation ou que nous sommes indifférents à cette injustice…

Ci-dessous la traduction de la pétition de Mari Takenouchi, réalisée par Lauriane Millet (et pour la signature, ça se passe là : http://www.change.org/fr/pétitions/to-government-of-japan-and-citizens-of-the-world-please-evacuate-fukushima-kids-and-pregnant-women?lang=fr) :

S’il-vous-plaît aidez nous à faire évacuer les femmes enceintes et les enfants de Fukushima

Mon nom est Mari Takenouchi, traductrice spécialisée sur le nucléaire, journaliste freelance et mère célibataire d’un petit garçon de 4 ans.

Après l’accident de Fukushima, j’ai plaidé en faveur de l’évacuation des enfants et des femmes enceintes des zones contaminées de Fukushima dans mes livres, sur mon twitter et mon blog. J’ai même défendu cette cause auprès de l’ONU (mais sans grand résultat).

Actuellement, 51 enfants ont subis une opération du cancer de la thyroïde. Le plus effroyable est que la plupart avaient déjà des métastases dans leurs poumons et leurs ganglions lymphatiques.

Malgré tout, le gouvernement du Japon nie tout danger sanitaire à Fukushima et affirme plutôt : « Certains parlent de saignements de nez à Fukushima (cf. la polémique du manga Oishinbo) dus aux radiations. Nous devons contrôler ces rumeurs sans fondement qui peuvent être dommageable à la reconstruction de Fukushima ».

En janvier 2014, j’ai été outrageusement accusée pour mes tweets par Mme Ryoko Ando (son vrai nom est Yoko Kamata), la directrice du groupe nommée Fukushima ETHOS qui encourage les habitants à continuer de vivre positivement avec un dosimètre.

Alors qu’aucun dirigeant de TEPCO n’aura eu de mise en examen, 3 policiers de Fukshima et 2 membres du bureau du procureur de Fukushima ont fait tout le chemin pour enquêter sur moi à Okinawa allant jusqu’à me remettre une lettre d’inculpation ! Cela signifie que je pourrais être une criminelle !

Durant ces deux années, j'ai été harcelée et menacée par un nombre incalculable de gens sur internet et j'ai dû bloquer environ 3000 comptes. La plupart d'entre eux m'ont appelé Demarin (Démagogue Mari), y compris le professeur Nobuhiko Ban d'ETHOS, un expert sur le développement de la leucémie. Actuellement on observe une augmentation de leucémie même en dehors de Fukushima.

Certains m’ont également dit sur Twitter : « Je vais te tuer », « Fais attention au feu », «Va à Okinawa pour sucer les seins de Takenouchi », « Takenouchi est un imposteur puisqu'elle collecte des dons pour ses propres activités ».

Malheureusement, parmi ceux-là, certains font partie de groupes de citoyens anti-nucléaire mais n’apprécient pas que j’insiste sur les ravages causés à la santé de nos enfants, et ils propagent donc des rumeurs infondées à mon sujet.

Chers citoyens du monde, j’ai 2 souhaits :

1. S’il-vous-plaît, signez cette pétition pour pousser le gouvernement japonais à prendre ses responsabilités et évacuer les enfants et les femmes enceintes des zones contaminées de Fukushima


2. Signez cette pétition pour demander justice pour les gens qui sont persécutés parce qu’ils s’inquiètent de la santé des enfants du Japon

2 件のコメント:

  1. 返信
    1. ありがとうございます。他のブログ記事もシェアしていただけると嬉しいです。